L’eau

Une matière première unique

L’eau, matière première unique et précieuse, confère à l’énergie hydraulique des avantages indéniables, qu’aucun autre mode de production d’électricité ne peut égaler.
La force motrice de l’eau est utilisée depuis des siècles : les moulins à eau moulaient le grain, actionnaient les soufflets de forge…

Quant aux grands barrages hydrauliques, réalisés dans les années 50, ils sont venus contribuer à l’effort d’autonomie énergétique de la France, lui permettant d’afficher aujourd’hui 15 % de production d’électricité à partir des énergies renouvelables.

En terme de protection

Les contraintes en terme de protection des cours d’eau limitent les perspectives d’ouverture de nouveaux sites, surtout dans les régions où beaucoup de cours d’eau sont classés, excluant tout nouvel aménagement.
Pour s’affranchir de ces contraintes environnementales, certaines opérations récentes exploitent l’énergie de l’eau déjà canalisée : réseaux d’adduction ou d’irrigation (encore faut-il que le potentiel en terme de puissance soit là).
Il faut tenir compte également des droits de propriétés de l’eau et des berges.
A noter : un groupe de travail interministériel étudie la simplification de ces procédures.
Cependant, il reste aujourd’hui quelques potentialités.
Il faut principalement travailler à l’amélioration de la production des petites centrales existantes.
Cette énergie est également utilisée pour alimenter des sites isolés (une ou deux habitations, un atelier d’artisan, une grange…) ou produire de l’électricité, vendue à plus petite échelle.
On parle alors de petite centrale hydraulique (puissance allant de 5 MW à 10 MW), de micro-centrale ( de 100 kW à 5 MW), voire de pico-centrale (moins de 100 kW).

Ces petites centrales participent

A la production électrique nationale à hauteur de 1,5 %
A la production d’origine hydraulique. à hauteur de 10 %
L’énergie hydraulique est une des énergies renouvelables les plus difficiles à développer aujourd’hui en France.
En Europe, le potentiel estimé, en prenant en compte les contraintes environnementales et économiques, correspond à une production électrique de 24 TWh (étude de ESHA – European Small Hydraulic Association).
La capacité installée est aujourd’hui d’environ 10 300 MW, dont 2 100 MW pour la France et
2 300 MW pour l’Italie, les deux premiers Pays en terme de puissance installée.La région Midi-Pyrénées possède le plus grand nombre de centrales hydrauliques de petites puissances (près de 400 – 500 MW de puissance installée), grâce aux réservoirs d’eau que constituent la chaîne des Pyrénées et le Massif Central.
La gestion de ces installations est assurée par des producteurs autonomes sous forme de concession ou d’autorisation.

L’air et la Terre
Le soleil